Corps, image et contact. Une présence à l’intime, édtions érès, parution octobre 2014

Corps image et contact

Une présence à l’intime

Joël Clerget

Editions érès, parution octobre 2014

Qui suis-je ?

Je suis un clinicien engagé, engagé dans une pratique d‘enseignement et d’écriture aussi.

Dans ce livre Corps, image et contact. Une présence à l’intime, érès 2014, je témoigne de l’articulation de mes deux expériences professionnelles : la psychanalyse et l’haptonomie pré et périnatale. Une approche phénoménologique guide aussi mes réflexions. De plus, mes origines paysannes donnent à mes propos et à mes élaborations conceptuelles une couleur de terre et de ciel à laquelle je tiens beaucoup. Car j’aime à rester foncièrement pragmatique.

Inspiration et conception du livre

Après avoir écrit La main de l’Autre, également paru chez érès, j’ai toujours eu le désir de transmettre l’expérience de ces deux activités cliniques. J’ai aussi le souci de donner à entendre aux lecteurs comment elles se répondent. J’ai donc conçu ce livre à la manière d’une partition, avec thèmes et variations. Le mot de résonance y est central et organisateur.

Quelle est l’originalité de son approche ?

L’originalité de ce livre tient à ce je présente ici mes réflexions de psychanalyste ayant la pratique de l’haptonomie prénatale. Comment l’une et l’autre expériences se rapportent-elles l’une à l’autre ou se contredisent, s’allient ou se séparent. Une pensée à forme de parole adressée réfléchit ici à l’entrecroisement comme à la distinction, voire à la divergence de la psychanalyse et de l’haptonomie. Ma pratique met en cause le tabou traditionnel du toucher en psychanalyse au profit de la mise en avant de la dimension du contact. Faire entrer l’inconscient dans le contact, prendre en compte un contact alliant le corps et la parole, dans l’écoute et la présence, tel est l’enjeu et le paysage de ce livre. Le propos certes bouscule les idées reçues. Mais, quand on reçoit notamment des bébés, que serait une parole sans contact ? Que serait une parole qui ne toucherait pas ? Que serait un contact qui ne dirait rien à personne, qui ne parlerait pas, au sens large du mot, pas seulement avec des mots énoncés. Le silence dans le contact ouvre en nous l’aire de la parole.

Le sous-titre une présence à l’intime parle du paysvisage de l’être humain en lequel se révèle et se déploie notre existence. L’intime, le plus intérieur de l’intérieur, se donne à vivre dans l’immédiateté du contact. Traversant toute image de soi et de l’autre, dans le contact, nous sommes au présent de l’image inconsciente du corps. Nous le sommes de cœur. Nous le sommes de cœur au sein de la main donnée – maintenant. Ce livre parle de l’apport de Françoise Dolto, Frans Veldman, Henri Maldiney, Maurice Merleau-Ponty et de bien d’autres. Il comporte aussi une partie consacrée au style poétique déployé dans l’œuvre écrite de Françoise Dolto. J’y tenais beaucoup.

À qui s’adresse-t-il ?

Ce livre s’adresse à tout clinicien et à tout professionnel, de la psychologie, de l’enfance, de l’éducation et de la santé. Il s’adresse aussi aux parents et aux éducateurs au sens large du mot.

Situation actuelle du sujet de ce livre

Corps, image et contact prend place dans les débats et les réflexions actuelles concernant les différentes formes de thérapies. Il donne place au corps parce que nous sommes des sujets incarnés et à la parole sous toutes les formes où la parole se donne. En effet, la parole ne va jamais sans la chair. Il enrichit la réflexion sur les pratiques et les expériences de la vie, pour nous qui sommes en quête de sens et de signifiance à donner à notre vie, à notre vie de relation et de contact avec soi-même, avec le monde et avec les autres. La force poétique du propos s’allie à une rigoureuse élaboration conceptuelle pour que la réflexion soutenue demeure vive et vivante.

À vous lecteur de le découvrir et, si vous le désirez, de nous dire ce que vous en recevez en échange.

Vidéo et montage : Julien Salinas

lien : www.youtube.com/watch?v=t07fMMqf5mk

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.