Babil-Babel, vendredi 28 septembre 2018, Langues de chevet et langues frontales

Babil-Babel (II)

Langues de chevet et langues frontales

28 septembre 2018, Paris

Journée Nationale, avec le soutien de la FondationSNCF LogoNew

Tarif adhérent : 15 €, non-adhérent : 30 €

INSCRIPTION EN LIGNE


« …Réveillée en sursauprise, Bou panitrouilla en visant les zours et se carapata par la fenestrine. Elle traboula la forest à toute berzingue et retrouva illico presto sa casa où sa maïe et son païe l’attendrissaient avec impassiquiétude… »
Bou et les 3 zours, Elsa Valentin, Ilya Green, L’atelier du poisson soluble, avril 2008.


Dans quel monde un bébé d’aujourd’hui élabore-t-il sa langue, ses langues ? Dans quels contextes affectifs, politiques, culturels, économiques, sociaux ? De quelles langues chacun de nous est-il constitué ? De quels signes ? De quels silences, non-dits, mal-dits… ? De quelles images, de quels récits ? Comment rencontrons-nous depuis notre venue au monde les langues des autres ? Avec quels regards, quelles oreilles, quelles émotions, quelles sensations, quelles projections ? Et avant notre naissance, que s’est-il passé ?

Au cours de cette journée, Philippe Blanchet, Joël Clerget, Maya Gratier, Amandine Didelot, Juliette Sissokho, Nathalie Saïdi, Eric Tellitocci, Claire Mestre Elsa Valentin, Yvanne Chenouf, Kaoutar Harchi, riches de leurs langues, nous aideront à penser, dire, rêver, créer…

L’Agence quand les livres relient réunit des personnes, associations, institutions qui pour bon nombre d’entre eux — et certains depuis 30 ans — vont à la rencontre de tout-petits de moins de trois ans et de leurs parents, de grands enfants, d’adultes jeunes ou très âgés, avec des albums. Des albums, choisis, aimés, lus et relus… Des albums dans lesquels les lecteurs trouvent de quoi nourrir leurs pensées, leur imaginaire, leurs désirs de vie, leurs langues…

Le séminaire Babil-Babel — proposé et organisé par l’Agence quand les livres relient grâce au soutien et à l’engagement de la Fondation SNCF — est un espace multiforme, interdisciplinaire et itinérant pour penser langage, langues, plurilinguisme, parole… L’association Mana, engagée dans les soins psychothérapeutiques et la prévention auprès des populations migrantes, et l’association Le Furet - petite enfance & diversités sont des partenaires fondatrices de ce séminaire. Un comité de pilotage constitué de chercheurs, cliniciens, artistes, acteurs de terrains de différents horizons, accompagne la réflexion, les orientations, les actions…

Babil-Babel (II), Langues de chevet et langues frontales
, une journée pour penser ensemble et fêter la deuxième année du séminaire Babil-Babel !


8h30

Accueil du public

9h00

Ouverture à 3 voix

Avec Dominique Rateau, présidente de l’Agence quand les livres relient, Marianne Eshet, déléguée générale de la Fondation SNCF, Kaoutar Harchi, sociologue et grand témoin de cette journée.

9h30

Éducation plurilingue des enfants et Droits linguistiques

Par Philippe Blanchet

La plupart des enfants grandissent plurilingues. Mais tous et toutes, loin de là, ne reçoivent pas une éducation plurilingue, notamment dans le cadre scolaire. Il est même plutôt fréquent que les ressources plurilingues des enfants soient conçues comme des « obstacles », évacuées voire rejetées, exploitées pour discriminer nombre d’enfants plurilingues. Pourtant les réussites transversales d’une éducation véritablement plurilingue sont bien établies. Quand on examine la question des discriminations linguistiques, on constate rapidement qu’elles sont très fréquentes, ordinaires, banales, dans la vie quotidienne de beaucoup de gens et de beaucoup de sociétés. Les systèmes scolaires jouent un rôle important dans la mise en place de ces discriminations. Le recours aux Droits linguistiques, bien établis mais généralement ignorés, permet de combattre cette glottophobie et d’œuvrer au développement d’éducations plurilingues inclusives.

Philippe Blanchet est professeur de sciences du langage, spécialiste de sociolinguistique, communication plurilingue et interculturelle, didactique des langues à l’Université Rennes 2, membre du laboratoire PREFics. Il est également membre de la Ligue des droits de l’Homme et expert en éducation plurilingue pour divers organismes internationaux (ONU, UNESCO, OIF, AUF, Conseil de l’Europe).

11h00

La voix du natal

Par Joël Clerget

Un bébé élabore sa langue dès la vie intra-utérine dans une relation de la sensorialité et de la motilité. Ses mouvements dans le sein maternel sont les prémisses de sa voix à venir, dans une langue donnée, quand sont entendus, dans son cri de naissance, le geste corporel du parler comme la geste langagière de se dire.

Joël Clerget est psychanalyste, sensible à l’art et à la dimension du contact. Il enseigne à Lyon, est praticien en haptonomie pré et postnatale et anime des séminaires de lecture de textes psychanalytiques : Freud, Lacan, Winnicott et Dolto, et de Henri Maldiney. Il propose aussi régulièrement des conférences et intervient dans des colloques ou des journées d’associations. Ses écrits visent à rendre compte de la pratique clinique, des réflexions qu’elle inspire et de l’enseignement qu’elle apporte.
Joël Clerget est membre affilié de la Société de Psychanalyse Freudienne, membre de l’Association Internationale Henri Maldiney et Donald Winnicott France et de l’Association des amis de Gaston Bachelard. Il est également membre du comité Babil-Babel.

11h45

Le désir d’appartenance précède-t-il la parole ? Recherches sur le bébé polyglotte

Par Maya Gratier

Quelles sont les prémices communicatives de l’entrée dans la parole chez le bébé et de quelles manières les bébés se saisissent-ils des spécificités culturelles des environnements et milieux dans lesquels ils évoluent ? De nombreuses recherches montrent en effet que le bébé de moins d’un an reconnaît certaines caractéristiques de sa culture mais peu de chercheurs se sont intéressés à la possibilité que le bébé s’attache à plusieurs cultures simultanément. Par contre la capacité du bébé à investir plusieurs langues, même dans les premiers mois de la vie, est aujourd’hui bien connue. Lors de cette intervention, seront discutés les liens entre culture(s) d’appartenance, c’est-à-dire tout ce qui recouvre les façons de faire, de pratiquer et de valoriser, et langue(s) au cours du développement précoce.

Maya Gratier est professeure de psychologie de développement à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et membre du laboratoire Éthologie Cognition Développement (LECD). Elle est également responsable du Babylab Nanterre.

12h30

Déjeuner

14h00

Lire, conter, chanter dans toutes les langues

Table ronde animée par Claire Mestre

Expériences de collectage de berceuses, comptines, récits et autres contes en langues étrangères partagés avec les enfants et les parents, à la bibliothèque comme à la crèche, avec Éric Tellitocci, réalisateur, Amandine Didelot, bibliothécaire, Juliette Sissokho, éducatrice de jeunes enfants, et Nathalie Saïdi, éducatrice spécialisée.


Amandine Didelot
, nourrie et bercée par les histoires de sa mère et les lectures de son père, fait de sa passion pour le conte et la littérature son métier. Militante dans des associations défendant la démocratisation de la lecture comme l’Association des Bibliothécaires Français ou l’association Jeunes Lectures. Conteuse tout terrain depuis 20 ans, elle intervient dans tous types du structures et pour tous les publics, par ailleurs, elle co-anime depuis 17 ans un atelier de formation conte pour adultes.
Au poste de coordinatrice de l’action culturelle jeunesse, en charge du handicap pour les Bibliothèques de Nancy, elle est spécialisée dans la coordination d’actions, l’accueil, la médiation, les animations pour la toute petite enfance et les publics empêchés. Depuis 8 ans, elle pose ses mots sur les signes d’un conteur sourd lors d’heures du conte mixtes à destination de publics sourd et entendant. Et depuis 4 ans, elle propose des heures du contes bilingues où parents et lecteurs sont invités à partager leur langue, leurs histoires et leur ailleurs.

Juliette Sissokho est éducatrice de jeunes enfants, formatrice, membre du conseil d’administration de Jeunes Lectures et diseuse de mots pour petits d’homme. Elle a travaillé 15 années dans une structure d’accueil parentale au sein d’un quartier politique de la ville où elle a impulsé de nombreux projets autour de la lecture à voix haute et où elle a découvert la magie de tricoter des liens entre les enfants, les livres, les adultes et les cultures.

En 2011, Nathalie Saïdi s’aperçoit qu’être éducatrice spécialisée, c’est bien mais que son cœur l’entraîne à travailler auprès des tout-petits. Elle part donc à la découverte de la petite enfance au sein d’une structure d’accueil parentale où de nombreux possibles auront lieu ces 7 dernières années pour porter plus loin dans les familles et les pratiques et le sens de la lecture à voix haute. Musicienne et membre de l’association Jeunes Lectures, c’est surtout la mélodie des mots de ses lectures qu’elle transmet à tous les p’tits lutins qu’elle accompagne au quotidien.

Éric Tellitocci réalise des films à caractère social, des films en milieu scolaire couplés à des interventions d’éducation à l’image. Divers films « de paroles » ont précédé Moi, je sais courir, documentaire relatant l’aventure d’une compagnie de théâtre entre Mali et France, avant que ne soient réalisées Les Berceuses, projet qu’il développe toujours et encore avec une quatrième saison en cours de construction et des projections qu’il anime sur l’ensemble du territoire et à l’étranger. Son intérêt pour les questions de migrations l’amène désormais, via les langues qui a contrario des humains circulent librement, vers de nouveaux territoires, bibliothèques et lieux de la petite enfance, dans lesquels il pose sa caméra. Chante-moi qui tu es et Sur le bout de ta langue témoignent de ces nouvelles explorations cinématographiques.

Claire Mestre est psychiatre, psychothérapeute et anthropologue, responsable de la consultation de médecine transculturelle, Hôpital St-André (Bordeaux), co-rédactrice en chef de la revue L’Autre, cliniques, cultures et sociétés, directrice scientifique et médicale de l’association interculturelle Mana, et membre du comité Babil-Babel.

15h15

Quand les langues s’invitent et s’inventent dans les albums jeunesse

Par Elsa Valentin

Les albums d’Elsa Valentin revisités sous trois angles. Le langage imaginaire : de Bou et les 3 zours à Zette et Zotte à l’uzine, pourquoi et comment réinventer la langue ? Enjeux poétiques et politiques. L’influence des langues étrangères : pourquoi cette porosité aux langues dans l’écriture ? Que peut apporter aux jeunes lecteurs de rencontrer des langues inconnues ou de retrouver des langues connues dans la littérature jeunesse ? Enfin, les comptines, les expressions et traditions orales : quelle place et quel sens ont-elles, de l’album La déjeunite de madame Mouche au livre audio 4 Contes d’Afrique de l’ouest ?

Elsa Valentin, auteure, en duo avec Yvanne Chenouf, spécialiste de littérature jeunesse et membre du comité Babil-Babel.

16h30

Conclusion de la journée et mise en partage

Par Kaoutar Harchi

Kaoutar Harchi est docteure en sociologie, chercheure associée au CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux) rattachée aux universités Paris Descartes et Sorbonne Nouvelle, ainsi qu’au CNRS. Elle est aussi chercheure post-doctorante au sein du Labex Création, Arts et Patrimoines (CAP), département de la recherche du musée du Quai Branly. Sa thèse de sociologie a porté sur les conditions et modalités de reconnaissance littéraire des écrivains étrangers de langue française, en France, à partir du cas algérien (1945-2015), et a été publiée sous le titre Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne aux éditions Pauvert, 2016. Elle assure par ailleurs des enseignements de sociologie à Sciences Po Paris, Reims et conduit actuellement une enquête sur la lecture en prison. Elle est également membre du comité Babil-Babel.

17h30

Fin de la journée, suivie d’une séance de dédicaces.

Une table de livres en lien avec les thématiques de la journée vous sera proposée
par la librairie Le Rideau rouge
42, rue de Torcy 75018 Paris


lieu

Auditorium de l’Auberge de jeunesse HI Y. Robert

20, esplanade Nathalie Sarraute
75018 Paris
Métro : La Chapelle (ligne 2)

Journée d’étude D.W. Winnicott Lyon Samedi 6 octobre 2018, La psychosomatique. Corps, esprit et psyché

Association Internationale Winnicott France

3ème Rencontre Régionale

Journée d’étude

D.W. Winnicott

Lyon

Samedi 6 octobre 2018

9 H 30 – 17 H

La psychosomatique. Corps, esprit et psyché

Ces trois mots placent d’emblée l’élaboration de Winnicott dans une dynamique ternaire. Le corps est à la fois le lieu du sujet, la demeure de la psyché, un espace de relation. La psyché logeant dans le corps, l’existence psycho-somatique s’édifie par l’installation de la psyché dans le soma. Winnicott articule le soma et la psyché dans la complexité croissante de leur interrelation organisée par l’esprit (mind en anglais). Avec lui, nous prêtons créativité et fantasmes au bébé, lesquels sont « pour ainsi dire, l’histologie de la psyché, l’élaboration imaginative de tout fonctionnement somatique » écrit-il.

Avec

Miren Arambourou

Nicole Auffret

Joël Clerget

Jean-Baptiste Desveaux

Bernard Duez

Laura Dethiville

Elisabeth Mercey

Lieu :

Agora Tête d’Or

93, rue Tête d’Or

69006 Lyon

près de la gare Lyon Part Dieu

Samedi 6 octobre 2018

Matinée

Modérateur

Bernard Duez, SPF, SFPPG

9 H 30 : Accueil des Participants

10 H : Laura Dethiville

In-dwelling, ce lieu que j’habite.

10 H 45 : Jean-Baptiste Desveaux, psychologue clinicien, psychana-lyste, (IPL) Une lecture de Winnicott : « Psychosomatic disorder » (1964) et de sa note additionnelle (1969)

11 H 30 : Joël Clerget

Souffle de l’esprit, corps de contact et portance de la psyché

12H 30 : Pause repas

Samedi 6 octobre 2018

Après-midi

Modérateur

Joël Clerget

14 H : Elisabeth Mercey

Étrange, ce fil permanent et poisseux  où se cramponne ce bébé

14 H 40 : Nicole Auffret

Des mille et une aventures d’Éros et Psyché

15 H 45 : Pause

16 H : Miren Arambourou

Destins du nouage somato-psychique chez un enfant ‘non bienvenu’ (Winnicott avec Ferenczi)

16 H 45 : Laura Dethiville

Conclusion perspectives

Inscription individuelle : 40 € avant le 30 septembre, 45 € sur place.

Tarif réduit : membres de l’IWA à jour de leur cotisation, étudiants, chômeurs (sur justificatif) : 20 € avant le 30 septembre, 25 € sur place

Un reçu sera délivré à l’entrée.

Contact : joel.clerget@free.fr

Contact :joel.clerget@free.fr

À propos

À propos

Les interventions, conférences et exposés qui figurent sur mon blog ne sont pas classés par ordre chronologique.

Pour vous tenir informé.e, je vous propose donc d’en parcourir les dernières pages.

Comprendre la psychose avec Henri Maldiney, jeudi 22 et vendredi 23 mars 2018 Centre hospitalier Saint-Jean-de-Dieu, LYON

Comprendre la psychose avec

Henri Maldiney

L’anthropologie philosophique et ses implications dans la pratique psychiatrique

Journées de recherche et de formation jeudi 22 et vendredi 23 mars 2018 Centre hospitalier Saint-Jean-de-Dieu, LYON

Organisées par l’Association Internationale Henri Maldiney
En collaboration avec la « Chaire valeurs du soin centré-patient » de l’Université Jean Moulin Lyon 3 et l’association PARENTEL

JEUDI 22 MARS

9h30- 9h40 : Mot de bienvenue par André Sauge

9h40-9h55 : Introduction générale par Yannick Courtel

9h55-10h55 : Françoise Dastur Temps et espace dans l’existence et la psychose selon Henri Maldiney

10h55-11h25 : Marc Ledoux Le rapport entre Henri Maldiney et Léopold Szondi dans l’élaboration d’une anthropo-psychiatrie (Jacques Schotte)

11h50-12h20 : Philippe Cabestan De la folie comme possibilité et comme événement

12h20-12h50 : Jean-Marc Chavarot Événement de la folie

14h15-15h15 : Pierre-Marie Charazac L’espace de l’existence psychotique chez Henri Maldiney et Francis Pasche

15h15-15h45 : Jean-Philippe Pierron Espace du soin et architecture. Le problème de l’espace dans l’expérience du soin

15h45-16h15 : Samuel Thoma Service fermé, service ouvert. Esquisse d’une phénoménologie maldinéenne de l’espace psychiatrique

16h40-17h10 : Joël Clerget Portance et existence.

Situation de
l’« envelopper » dans l’œuvre de Henri Maldiney

17h10-17h40 : Table ronde avec les intervenants de l’après-midi, et la participation de Richard Brunner-Haour

VENDREDI 23 MARS MARS

9h30-10h30 : Camille Abettan L’œuvre de Maldiney peut-elle encore aujourd’hui rencontrer la psychiatrie ?

10h30-11h : Fernando Landazuri L’apport de Maldiney à la psychiatrie : vers un nouveau paradigme de la phénoménologie des psychoses

11h-11h30 : Frédéric Jacquet Jeu et existence. Réflexions anthropo-phénoménologiques autour de Maldiney et Winnicott.

11h50-12h20 : Bernard Rigaud Penser l’addiction avec Henri Maldiney

12h20-12h50 : Table ronde avec les intervenants de la matinée

14h15-15h15 : Roger Brunot Comment une œuvre d’art rend-elle possible une rencontre qui engage l’existence d’un être ?

15h15-15h45 : Eliane Escoubas Henri Maldiney : une anthropologie du sentir

15h45-16h15 : Colette Combe L’articulation de la résistance et du sens à travers le langage : instant critique et temporalité créatrice

16h40-17h10 : Table ronde avec les intervenants de l’après-midi

17h10-17h30 : André Sauge Considérations préparatoires aux prochaines journées de recherche : « Maldiney et la parole (von der Daseins-analyse ab unterwegs zur Sprache)

Renseignements et inscription :

Dominique Courtel (Mme)

L’INVITATION À LA BEAUTÉ, Mercredi 7 février 2018, UCLY, Lyon

L’invitation à la beauté

Mercredi 7 février 2018

9 H – 19 H

UCLY, Campus Saint Paul

10, place des Archers, 69002 Lyon

ARGUMENT

La beauté ne se limite pas uniquement à la notion d’esthétique. François Cheng dans son livre “Cinq méditations sur la beauté” la définit comme “la forme sensible de la vérité (…) un désir qui jaillit de l’intérieur des êtres, (…) se manifeste comme présence rayonnante entrainante, laquelle incite à l’acquiescement, à l’interaction, à la transfiguration.”.

L’expérience de la beauté pourrait se définir comme la révélation de la justesse humaine créant une harmonie singulière entre la psyché et le soma. Ce vécu unique cultive le réveil de la vie en soi et la résonance de nos cœurs, essentielle pour enrichir nos liens sociaux. P. Éluard écrit: “Un cœur n’est juste que s’il bat au rythme des autres cœurs.”

Au cours de ce colloque, nous réfléchirons ensemble à la question: de quelle manière la beauté, distillée entre autre par la culture, aide-t-elle à prendre soin des personnes et plus particulièrement de celles fragilisées par une souffrance somatique et/ou psychique causées par des désordres familiaux, sociaux, culturels, économiques ?

Se soucier de cette question étayera notre démarche éthique afin de mieux être au monde et de créer avec les autres.

L’invitation de chercheurs, d’artistes de divers horizons par une mise en conversation permettra d’élaborer ensemble différents fils de pensée afin de trouver des interstices de possibles en tant que soignants, enseignants, éducateurs, artistes, étudiants… Par l’opportunité de cette journée, nous soulignerons les effets cathartiques de la beauté au niveau collectif et singulier.

PREMIÈRE PARTIE : L’empathie esthétique pour le soin somatique, psychique et social

Présidence : Claire BRUN, Maître de Conférences, Laboratoire de biologie générale, Faculté des Sciences - UCly

DEUXIÈME PARTIE : Culture et beauté dans notre société

Présidence : Joël CLERGET, Psychanalyste, praticien en haptonomie pré et postnatale, écrivant, Lyon.

RÉCITAL DE PIANO

18H00-19H00 : Stefan CASSAR

INSCRIPTION : chaireunesco@univ-catholyon.fr

La place d’un père aujourd’hui, samedi 24 mars 2018, La Tourette

218

La place d’un père aujourd’hui

Les bouleversements de notre société invitent à penser à nouveau la place du père dans notre société. Qu’est-ce que l’anthropologie et le droit français ont à dire sur cette question? Nous préciserons les dispositions légales en vigueur et situerons la dimension anthropologique des pratiques de la parentalité au fil du temps et des lieux.

Comment y a-t-il un « papa » et une « maman » pour un enfant ? Dans quelles références ? Quel est-il donc ce papa? Qui est-il dans les configurations familiales et conjugales actuelles? Où donc le trouver? En quel espace? Doit-il être incarné en une seule et unique personne, un homme en chair et en os, connu, désigné ? Peut-on penser et vivre des modes renouvelés d’être et de devenir père ? Ce sont ces questions, parmi d’autres, qu’il nous faudra affronter.

Samedi 24 mars (10h–17h)

Avec
Joël Clerget,
psychanalyste,
praticien en haptonomie
pré et postnatale, auteur de
Comment un petit garçon devient-il un papa?
(éd. Erès, 2015),


Claire Mestre,
psychiatre, psychothérapeute, ancien chef de clinique
des hôpitaux de Bordeaux, docteur en anthropologie,

Fabrice Toulieux,
docteur en droit,
maître de conférences
à l’Institut des Sciences
de la Famille de l’Université catholique de Lyon.

Rencontre présentée par

Mireille Martin

Accès

Le couvent est situé à Éveux, à 1,5 km de L’Arbresle et 25 km au nord-ouest de Lyon, en direction de Roanne.

Frères Dominicains Couvent de La Tourette 69210 · Éveux

Tél. +33 (0)4 72 19 10 90

Renseignements, inscriptions : accueil@couventdelatourette.fr

Merci de retourner votre chèque d’inscription accompagné de ce bulletin à l’ordre de

Total

RT12

Winnicott, une clinique contemporaine, Congrès, Paris, 3, 4 et 5 juin 2017

Congrès international de l’IWA
3, 4 et 5 juin 2017
Winnicott : une clinique contemporaine au-delà des frontières

Mairie du 4e
2 place Baudoyer 75004 Paris
Informations : www.iwafrance.org
Courriel : laura.dethiville@wanadoo.fr

Comité d’organisation IWA France
Miren Arambourou, Nicole Auffret, Marie Baldit,
Thames Borges, Monique Bouchilloux,
Joël Clerget, Laura Dethiville, Florence Lafeuille, Sophie
Maley, Marie-Christine Moulier,
Odette Puechavy, Jean-François Solal.
Le congrès se déroulera en français, anglais et
brésilien. Toutes les interventions seront traduites.
Winnicott nous entraîne dans une clinique
nouvelle au-delà des frontières théoriques et
pratiques de son époque et de la nôtre.
Confronté aux cas difficiles, il ne limite pas son
intérêt théorique à la seule problématique
oedipienne, ni sa pratique aux catégories
habituelles « névrose, psychose et perversion ».
L’attention particulière qu’il accorde aux bébés,
aux enfants, aux adolescents, aux psychotiques,
et aux patients « borderline » l’amène à prendre
en compte le matériel archaïque, dans un abord
transfrontalier, à l’image de son propre chemin
professionnel qui va de la pédiatrie à la
psychanalyse. Ainsi, dans ses traitements, il
accorde une grande place à l’environnement dans
lequel évolue le sujet en souffrance. Il assouplit
les frontières rigides entre les professionnels et
entre les professionnels et la famille, articulant et
précisant la place et la fonction de chacun de ces
agents thérapeutiques.
Tout cela, pour donner toutes ses chances au
traitement de l’enfant, et de l’enfant dans l’adulte,
en parvenant à créer un espace commun, une
frontière commune, pour faire face aux
interruptions des processus de maturation.
Comment psychanalyser dans notre monde
contemporain où l’instantanéité et la virtualité des
relations à l’autre méconnaissent les frontières
spatiales et temporelles ? Winnicott apporte-t-il
des outils de pensée et des techniques nouvelles
aux thérapeutes et analystes d’aujourd’hui,
confrontés à des demandes incompatibles avec le
temps de la cure type?

Samedi 3 juin
Matin
9h – 10h – Allocutions
- Christophe Girard, maire du 4e arrondissement,
- Marie-Christine Lemardeley, adjointe à Mme la
maire de Paris,
- Zeljko Loparic, président de l’IWA international,
- Laura Dethiville, vice-présidente de l’IWA
international et présidente de l’IWA France.
Présidente de séance : Miren Arambourou
10 h – Elsa Oliveira Dias : « L’héritage de
Winnicott, prévention de la maladie mentale »,
« Winnicott´s Legacy : Prevention in Mental
Health ».
10h30 – René Roussillon : « Donald W. Winnicott :
vers de nouveaux paradigmes pour la clinique »,
« Donald W. Winnicott : Toward New Paradigmes
for Clinical Work ».
11h – Discussion – Pause
11h45 – Margaret Boyle Spelman : « Winnicott et
Milner : héritage d’un transfert de travail »,
«Winnicott and Milner, Recognizing the Legacy of
Collegial love ».
12h15 – Discussion
Après-Midi
Président de séance : François Lévy
14h30 – Frédéric Worms : « Philosophie de
Winnicott », « Philosophy of Winnicott ».
15h – Ofra Eshel : « La crainte de l’effondrement
dans l’analyse d’un patient fétichiste masochiste »,
« Winnicott’s ´Fear of Breakdown´ in the Analysis
of a Fetishistic-Masochistic Patient ».
15h30 – 16h – Discussion – Pause
16h15 – Léticia Minhot : « La révolution
ontologique de Winnicott », « The Ontological
Revolution of Winnicott ».
16h45 – Discussion
Dimanche 4 juin
Matin
Présidente de séance : Marie-Christine Moulier
9h30 – Zeljko Loparic : « Transmission de l’héritage
winnicottien », « Teaching Winnicott ».
10h – Angela Joyce : « Parole et silence :
l’émergence d’un trauma intergénérationnel dans
une cure », « Words and Silence, the Emergence of
Intergenerational Trauma in a Psychoanalysis ».
10h30 – Discussion – Pause
11h15 – Thanassis Hatzopoulos : « La frontière de la
porte fermée », « The Frontier of the Closed Door ».
11h45 – Discussion
Après-midi
Président de séance : Joël Clerget
14h30 – Bernard Golse : « Le sens of being, être ou
exister ? », « The Sense of Being : to Be or to
Exist ? ».
15h – Pang Yu : « Winnicott en Chine : passé,
présent, avenir », « Winnicott in China, Past,
Present, Future ».
15h30 - Discussion - Pause
16h15 – Patrick Guyomard : titre à définir
16h45 – Discussion
Lundi 5 juin
Matin
Présidente de séance : Thames Borges
9h30 – Laura Dethiville : « Le symptôme : espoir et
création », « The Symptom : Hope and Creativity »
10h – Yael Almog : « Mon propre mètre-étalon »,
« My Own Square Meter ».
10h30 Discussion – Pause
11h15 – Rosario do Belo Gomes : « De la
psychanalyse classique à la pratique
contemporaine: le point de vue de Winnicott »,
« From the Classical Psychoanalysis to the
Contemporary Practice: the Winnicottian Focus ».
Après-midi
Présidente de séance : Nicole Auffret
14h30 – Vincenzo Bonaminio : « Winnicott clinicien :
sur une voie révolutionnaire », « Clinical Winnicott:
Travelling a Revolutionary Road ».
15h – Jean-François Solal : « Du squiggle au
dessin, de l’informe au rêve », « From Squiggle to
Drawing, from Formlessness to Dream ».
15h30 Discussion – Pause
16h15 – Olivier Philippart de Foy : « De la libre
utilisation de certains concepts winnicottiens dans la
pratique éducative », « On Free Use of Winnicottian
Concepts in Educative Practice ».
16h45 - Discussion
17h – Conclusion
Laura Dethiville, Zeljko Loparic, Elsa Oliveira Dias

LE CONTACT DANS LE SOIN : toucher, être touché, être touchant, Propsi, Annemasse, samedi 8 avril 2017

LE CONTACT DANS LE SOIN : toucher, être touché, être touchant.

Journée d’échange avec Joël Clerget, psychanalyste, le 8 avril 2017

à Rouge cargo Maison Des Adolescents 74 : 2 rue Pierre et Marie Curie 74 100 Vétraz-Monthoux.

Déroulement de la journée :

- Accueil à partir de 9h00

- Matinée de 9h30 à 12h30 conférence de Mr Clerget et questions partagées

- Pause déjeuner de 12h30 à 14h00

- Après midi de 14h00 à 16h30 : poursuite des échanges

L’association PROPSI demande une simple participation aux frais de 20 €.

L’inscription est nécessaire car le nombre de places est limité

Le repas est possible sur place et une inscription à un buffet pour 15€ est proposée

Inscription auprès de Mme Coralie Mignot, secrétaire de rouge cargo:

- soit par tel: 04 50 95 09 51

- soit par mail à : mdarougecargo@ch-epsm74.fr

Les inscriptions sont valables à réception du règlement par chèque libellé à l’ordre de PROPSI

et adressé à Rouge cargo, 2 rue Pierre et Marie Curie 74 100 Vétraz-Monthoux.

Winnicott, Une clinique contemporaine au delà des frontières, 2ème congrès International de l’IWA 3, 4 et 5 juin 2017, Mairie du 4ème - Paris

Winnicott,

Une clinique contemporaine

au delà des frontières

2ème congrès International de l’IWA

3, 4 et 5 juin 2017

Mairie du 4ème - Paris

Sous la direction de Laura Dethiville

INFORMATIONS ET INSCRIPTIONS : www.iwafrance.org

Lecture de La crainte de l’effondrement, D.W. Winnicott, samedi 21 janvier 2017

Séminaire de lecture d’un texte psychanalytique

La crainte de l’effondrement

Donald W. Winnicott, Gallimard, 2000 (Suite)

Nous envisageons la singularité de l’approche de Winnicott afin d’en peser la pertinence théorique et clinique en nous introduisant aux termes de son élaboration. Nous les redécouvrirons par une lecture fondée sur la langue anglaise. Nous examinerons ce que l’originalité de sa démarche apporte à nos pratiques respectives. Nous lirons les articles suivants : Mark dont le moi étranger révèle la folie de la mère (p.150-157), La pensée chez l’enfant : un autre éclairage (p.195-202), L’usage d’un objet, (p. 246 sq.)

Dates : samedi 21 janvier 2017

Horaire : 9h30-12h30, 14h-17h30

Lieu : dans les locaux de l’Agora tête d’Or, 93, rue Tête d’Or, 69006 Lyon

Coût : Formation continue (avec convention) : 200 € (formateur individuel déclaré, N° : 82 6904435 69). Inscription individuelle : 80 €

Contact et inscription : joel.clerget@free.fr

« Previous Entries